Article MINUTE

Publié le par Gabriel Rivière

  

aldous-huxley.jpgldous Huxley

, l’auteur du Meilleur des mondes, disait : « La médecine a fait tellement de progrès que plus personne n’est en bonne santé. »

 

 

C’est si vrai qu’on n’a jamais autant compté demalades. Sait-on qu’il y a 11 millions de Français traités pour hypertension, 2,4 millions de diabétiques, 350000 atteints chaque année d’un cancer ?

Dans l’univers médicalisé du docteur Knock qui est le nôtre, tout le monde est malade. Et d’abord les gens bien-portants. On va donc les soigner, moyennant rétributions et prises de bénéfices. En milliards, cela va de soi. Quand on aime, on ne re -garde pas à la dépense. C’est ce que viennent nous rappeler deux ouvrages: La Société toxique de Pryska Ducoeurjoly quel joli nom (pseudonyme?) – et le Complomondial contre la santé de Claire Séverac, qui brossent un vaste panorama, mêlant le bon et lemoins bon, de notre toxico-dépendance. A quoi? A la télé-réalité et à la télé-poubelle, à l’info-intox et aux injections de Botox, à Docteur Diafoirus et à Mister Crésus – ce qu’est devenue l’industrie pharmaceutique. Vous en doutez? Rappelez-vous seulement le film d’épouvante mis en scène par l’Organisationmondiale de la santé et produit par les grands labos qu’a été H1N1. Vacciner mentalement la population avant de la vacciner physiquement.Knock, toujours et encore. Pasteurisme (et panurgisme) oblige, le médicalementcorrect s’acharne à chercher – sans trouver la plupart du temps – des virus partout. Ça nous évite de nous interroger sur les causes environnementales de quantité de maladies. Un véritable syndrome, que Pryska Ducoeurjoly appelle le « viralisme »

C’est dans la recherche anticancéreuse que l’échec du tout viral est le plus tangible. « On s’est trop attaché aux théories de Pasteur », a même pu dire le professeur Jean Bernard. C’était en 1975. A-t-on changé depuis? Dans le Plan cancer 2003, le mot « dioxine » apparaît une seule fois. On semble même ignorer les pollutions électromagnétiques, les pesticides et les nitrates. Quant aux additifs alimentaires, c’est à peine si on n’en recommande pas l’usage.

 Mesdames Ducoeurjoly et Séverac ont donc raison de parler de dans les entrailles d’un volcan pour localiser le centre de la Terre en suivant les indications d’un mystérieux parchemin d’alchimie connu de lui seul.

Un farfelu isolé, mais qui a fait depuis des émules. Son précieux parchemin est tombé dans le domaine public. Grâce à Internet, on peut même le télécharger gratuitement, sur l’air:  « société toxique » et de  «complot », mais leur plongéedans la chimie industrielle a un petit côté Voyage au centre de la Terre, le roman que Jules Verne a écrit en pleine vogue de charlatano- cryptologie, la fameuse science du secret. Leprofesseur Otto Lidenbrock a entrepris un voyage « On nous ment,on nous cache tout! »

Ce qui n’a pas que peu contribué à la diffusion de la théorie du complot. Or, dans un monde saturé d’infos, les secrets sont la plupart du temps éventés. Pourquoi d’ailleurs la vérité serait-elle cachée quand il suffit de la brouiller?

Nos deux essayistes devraient donc y regarder à deux fois quand elles vont chercher certaines de leurs informations sur le Web. Dénoncer l’action des lobbies est nécessaire, mais non suffisant, encore faut-il soumettre à la même critique l’information colportée par le café du commerce en ligne. Qui a parfois tendance à délirer.

 

Gabriel Rivière

www.trouverlapresse.com

 

Publié dans Médias

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article